Robert Wakeham Pilot

Né à St-Jean, Terre-Neuve. Sa mère, veuve, épouse en secondes noces l’artiste canadien Maurice Cullen en 1910, et la famille s’installe chez ce dernier à Montréal et le jeune Pilot passe les premiers mois sous les puits de lumière de l’atelier de son bon-père, lequel est parsemé de souvenirs de voyages. Dans le studio, Pilot observe Cullen réaliser des œuvres importantes, et vit la fébrilité liée aux visites d’autres artistes, d’architectes et de collectionneurs. Dès son arrivée à Montréal et jusqu’en 1914, Pilot étudie au Montreal High School. Après l’école, il s’empresse souvent de revenir à l’atelier pour y dessiner, sculpter des cadres et aider son beau-père à diverses tâches, ce qui lui permet d’apprivoiser son art de fond en comble, à la manière des apprentis des Grands Maîtres d’antan.

Il suit également des cours du soir au Conseil des Arts et Manufactures au Monument National, où Edmond Dyonnet lui enseigne le dessin par l’observation de cubes, de prismes, de sphères et de moulages de plâtre. Le corps humain suit, d’abord le visage – le nez, les oreilles, la tête, puis finalement le corps. Il poursuit avec des cours avec modèle vivant à l'Académie Royale des Arts du Canada, dirigés par William Brymner. Lorsqu’il accompagne son beau-père lors d’excursions à la campagne, il peint des paysages, de même qu’au cours des étés passés en sa compagnie dans les chalets d’amis ou des mécènes. Son professeur à l’école de l'Académie Royale des Arts du Canada, William Brymner, lui offre des cours au Art Association of Montreal et, sachant que le jeune homme n’est pas en mesure de les payer, il lui dit qu’il pourra payer l’Association plus tard, « …dans dix ans, ou lorsque tu auras l’argent ». Pilot entame les cours et poursuit jusqu’au mois de mars 1916, lorsqu’il s’enrôle pour le service actif dans l’armée pendant la Première Guerre Mondiale.

Au printemps 1919, il revient aux cours de Brymner et remporte la bourse Wood. Considéré comme un artiste exceptionnel pour son temps, Pilot est invité à participer à la première exposition du Groupe des Sept, tenue au mois de mai 1920. Se sentant à l’ombre de son beau-père en tant que peintre, Pilot décide de se démarquer en gravure, puisque son beau-père ne travaille pas ce medium. Il réalise huit ou dix gravures, presque toutes de Québec et de ses banlieues, que le marchand d’art William Watson décrit comme étant « …les meilleurs gravures canadiennes de tout temps ». En 1929, il écrit une appréciation des gravures de Clarence Gagnon, et est fort probablement influencé par le travail de ce dernier.

En 1920, lors d’un diner d’adieu tenu pour souligner le depart pour Paris de Edwin Holgate, un des invites, Walter Hislop, offre à Pilot l’argent nécessaire pour qu’il poursuive sa formation pendant deux ans à Paris, sous réserve que l’artiste le rembourse quand il le pourra. Pilot étudie sous Pierre Laurens à l’Académie Julian (1920-22). Il participe au Salon de Paris en 1922, et est élu membre du Salon National des Beaux-Arts. Pilot peint à Concarneau, où il rencontre le peintre Américain Charles Formuth, qui connaît Cullen, et l’aide à trouver un atelier à Paris. Toujours à Concarneau, Pilot travaille avec l’artiste Canadien Edwin Holgate, qui passe plusieurs mois chez lui. Pilot revient au Canada la même année et installer son atelier à Montréal.

En 1925, il est élu associé de l'Académie Royale des Arts du Canada et son tableau "Québec vue de Lévis", présenté lors de l’exposition de l'Académie Royale des Arts du canada est acquis la même année par le Musée des Beaux-Arts du Canada. Pilot apprécie énormément l’œuvre de J.W. Morrice, dont on retrouve l’influence dans son propre travail, bien que Pilot aborde à sa manière le paysage canadien, tout en douceur bien que très colorée. Le Musée des Beaux-Arts du Canada acquiert une seconde œuvre en 1926, « Maisons, St-Jean Terre-Neuve ».

Sa première exposition solo à la Watson Art Galleries, tenue en 1927, remporte un franc succès. Au cours de la même année, Pilot voyage à l’étranger et peint en France, en Espagne et en Afrique du Nord. Il revient au Canada chargé de toiles aux coloris riches.

En 1930 il réalise la première de deux murales commandées par le Montreal High School, la seconde étant terminée en 1931. En 1934, on lui décerne pour la seconde fois le Prix Jessie Dow, qu’il avait reçu en 1927. En 1938 il devient professeur de gravure à l’École des Beaux-Arts de Montréal, où il poursuivra jusqu’en 1940. Pilot rejoint les rangs de l’armée en 1941. Lorsqu’il est en Italie, Pilot est remarqué et est fait membre de l’Ordre de l’Empire Britannique (1944). Revenu à sa carrière après la guerre, il tient sa première exposition à Toronto en 1948, à la Laing Gallery.

En 1952 Pilot est élu president de l'Académie Royale des Arts du Canada et reste en poste jusqu’en 1953, lorsqu’on lui décerne la Médaille du Couronnement. Il décède à Montréal en 1967, à l’âge de 69 ans. Le Musée des Beaux-Arts de Montréal présente une rétrospective de son œuvre en 1969, laquelle est également présentée au Musée des Beaux-Arts du Canada et à la Art Gallery of Hamilton.

Voici les oeuvres d'art que nous avons de Robert Wakeham Pilot

retour